Prière à Isha, par Aeloth

Aller en bas

Prière à Isha, par Aeloth

Message  Aeloth/Kazalin le Jeu 4 Déc - 7:42

"Ô, Isha, mère des elfes, je m'adresse à toi en ces jours sombres, le cœur empli de peine et d'espoir.
La douce époque de la jeunesse passée auprès de toi, en Avelorn, au contact de tout ce qui pousse avec grâce, est maintenant révolue.
Je suis allé voir le monde tel qu'il est, poussé hors de ce havre de paix par la nécessité, éloigné de mes plants, pousses aimées et de ta protégée Alarielle, reine éternelle, la plus belle de tes créations.
J'ai vu la Tour Blanche, siège du sanctuaire de Hoeth, j'y ai appris la sagesse des livres et des puissants mages. Mais aussi puissante soit-elle, cette sagesse ne pouvait me préparer à ce que je lirai de notre histoire, ce que je verrai de mes yeux ou dans mes visions.
Car j'ai ensuite affronté la réalité du monde qui nous entoure, la perversion des cœurs de nos frères, j'ai assisté aux combats destructeurs qui animent Ulthuan ainsi que le vieux monde.
J'ai vu le chaos émerger en de nombreux lieux, corrompre les âmes et détruire ton œuvre.
J'ai vu enfin les amitiés se briser, les cités s'effondrer, les peuples périr.
Mais le pire arriva à ce bastion avancé de la tour de l'aube, sans nul doute.
Il est déjà horrible de combattre des êtres vivants, mais affronter des cadavres est une véritable ignominie, doublée d'une insulte à ton œuvre, au cycle sacré qui mue toute existence.
Maudite soit la dépouille de ce nécromancien, je prie pour qu'elle ne se relève jamais, à l'image de ses sombres esclaves qui nous submergèrent en ce jour.
Tout commença par une vision. Une ombre se déplaçant sur le vieux monde, toujours plus au sud, fouillant, rampant en quête d'une ancienne puissance, mu par de sombres desseins que je ne saurais décrire.
Je sentis l'urgence d'agir, le danger représenté par cette entité malfaisante, et la puissance dévastatrice qu'elle pourrait représenter en possession de ce qu'elle cherchait.
Je décidais d'agir, mais n'avais ni le temps ni le poids politique nécessaire pour assembler une armée, aussi je partis seulement avec une poignée d'amis et de fidèles suivants, pour ce qui pourrait être notre ultime combat.
Nous partîmes donc en direction de l'Arabie, le plus au sud possible, guidés par mes visions. Le voyage fut difficile, mais nous parvînmes à atteindre notre but.
Je compris où tout cela menait, un des bastions avancé de la tour de l'aube, dont je ne savais pas grand chose si ce n'est qu'il était nimbé de mystères et rumeurs étranges.
Je n'avais cependant pas le temps d'enquêter plus avant, il fallait arriver en premier et tenter d'organiser une défense au plus vite, car même si l'ombre se déplaçait lentement, elle ne dormait jamais, nuit et jours elle avançait, implacablement.
Ce fut de peu que nous arrivâmes à rejoindre le bastion avant elle. Et je fus désemparé de voir la faiblesse de la garnison, doublée par leur manque de préparation. D'autre part, ses défenseurs semblaient perturbés, comme sous l'influence d'un charme, d'une présence puissante déstabilisant leur discernement.
A ce jour, je n'ai toujours pas percé le mystère de la forteresse, mais il est manifeste qu'elle renfermait un puissant artefact placé ici pour protéger le monde de son pouvoir, qui pourrait se révéler destructeur entre de mauvaises mains.
Quoi qu'il en soit, nous fumes accueillis avec méfiance et mauvais regards dus aux oiseaux de mauvaise augure, mais néanmoins écoutés et considérés. Aussi, une défense hâtée pu être mise en place, avant que l'ombre ne nous déferle dessus.
La nuit s'abattit sur nous en plein jour, tel un voile, et l'horreur prit pour visage celui des morts. De tous peuples, toutes origines et tous temps, comme sortis des livres d'histoires pour nous faire revivre chaque bataille de notre passé en un seul lieu et un seul instant.
Les capitaines hurlèrent des mots d'encouragement et de rappel aux préceptes guerriers de notre peuple, et chacun faisait montre de la détermination propre à tout elfe, mais la terreur était omniprésente. Nous savions que tout se terminerait ici.
Le combat débuta. Les corps décharnés tombaient en nombre sous le coup des soldats entrainés, mais toujours plus venaient, submergeant les défenseurs en sous-nombre.
Le combat s'éternisa. Les vagues de morts ne s'arrêtaient jamais, et les nôtres tombaient les uns après les autres, succombant à la fatigue et au nombre.
Gràce à toi, je pu en relever beaucoup, et en soigner encore plus, mais je ne faisais pas exception à la fatigue ambiante, et les corps de nos alliés se relevaient contre nous avant même que je ne puisse faire quelque chose, la plupart du temps.
Le combat prit fin. Alors que nous étions complètement acculés, bien en retrait dans les murs du bastion, à défendre la poignée de compagnons encore debout, et que tout espoir fut perdu; l'air putride résonna d'un son pur et perçant, typique d'un cor de guerre bretonnien. S'en suivit une clameur, et une joie inouie dans nos rangs d'abord incrédules.
Revigorés, nous parvînmes à contenir l'assaillant, usant de nos dernières forces dans un combat acharné, quand, tout à coup, les corps s'effondrèrent à nos pieds, inanimés.
Le maléfice qui les habitait avait soudain disparu.
C'est alors que nous sortîmes, et, surpris, découvrîmes le champ de bataille, recouvert de corps en décomposition plus ou moins avancée, et au milieu de ce charnier, une petite troupe hétéroclite assemblée. Ils avaient l'air de farouches mercenaires de tous horizons, mais mon attention s'attarda surtout sur leur attitude: ils entouraient un corps, l'air triste, et semblaient lui porter une grande vénération, ou aujourd'hui je dirais plutôt, un profond respect.
Notre présence mit un certain temps à les faire se mouvoir, tout concentrés qu'ils étaient à honorer le défunt.
finalement, l'un d'eux s'adressa à nous, et nous apprit qui ils étaient, et ce qu'il était advenu.
C'est ainsi que je fis connaissance du groupe qui allait prendre le nom de leur guide: "Lionheart"
Ce fut également un jour très sombre et très marquant pour moi. J'y ai vu tellement d'horreurs...
J'en suis arrivé à ne plus te voir dans tout cela, et pourtant, en repensant au symbole que l'on te prête, je me sens maintenant plus proche de toi que jamais:
A l'image de l'œil omniscient à la larme unique, j'ai vu le monde que nous avons contribué à façonner sous tous ses aspects, et je pleure de voir ce qu'il est devenu.
De même, j'ai vu et aimé les qualités de notre peuple, et je pleure de les voir disparaitre dans un proche avenir.
Je sens qu'est venu le temps de sortir des schémas traditionnels. Les elfes ne peuvent pas rester sur leurs positions, ankylosés par leur passé, il faut s'ouvrir à d'autres alternatives, combattre le mal avec tous nos alliés potentiels, et à l'image des grands Teclis, Yrtle et Finreir, partager nos connaissances avec eux, sans quoi nous irons vers le déclin et l'oubli.
La graine s'envole avec le vent et va pousser dans une nouvelle terre, dirais-tu peut-être.
Le vent m'a déjà mené sur le même chemin que "Lionheart".
J'ai à mon tour une dette envers lui, et me sens investi d'un devoir, celui de traquer les immondices qui rôdent dans les sombres coins de l'univers, attendant une occasion pour lui nuire.
Il est temps de rejoindre leurs rangs et prendre part au même combat, quoi qu'il en coute.
C'est pourquoi je t'invoque aujourd'hui, Isha. J'espère que tu comprends notre but, aussi protège-nous et aide nous dans son accomplissement.
Que ta bénédiction nous accompagne !"

Prière à Isha, par Aeloth.
avatar
Aeloth/Kazalin

Messages : 152
Date d'inscription : 27/11/2008
Age : 38

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum